Sekai : Chapitre 7 - Genshine Kyuu et Roku

Publié le par Jyôka Ryu

Le village de Furisato était encore bien actif, même en cette heure tardive. Celui-ci était à peine plus étendu que celui d'Uchi, mais était particulièrement réputé pour son atmosphère maritime et pour son marché aux poissons, qui se tenait deux fois par semaine, du petit matin jusqu'au début de la nuit. Les touristes du monde entier se pressaient également en été pour profiter du climat agréable de la région. Grâce aux activités proposées aux visiteurs, la petite bourgade était devenue l'une des plus riches de l'île, et par conséquent, son chef profitait d'une place de choix au Conseil des Sages. Plus encore que les autres membres, son opinion était écoutée. Le village était entouré, comme les autres, d'énormes palissades de bois, sur lesquelles étaient postés à des endroits réguliers des sentinelles chargées de la surveillance des alentours. À l'extérieur du hameau, juste à l'entrée de la forêt se tenaient trois personnes, guettant le meilleur moment pour faire leur approche. Deux d'entre elles étaient des jumeaux aux cheveux verts, tandis que l'autre bénéficiait d'un physique élancé et de cheveux blond platine. Le trio restait dans la pénombre sur ordre de Yohio, le blond, qui ne voulait en aucun cas se précipiter.

- Cachez vos armes. Nous allons tenter d'entrer discrètement, conseilla-t-il.

Les jumeaux Genshine obéirent en silence. Kyuu, l'aîné, était bien trop impatient pour interrompre son collègue, même s'il n'appréciait pas recevoir des ordres. Roku, le cadet, était bien plus posé et faisait souvent office d'intermédiaire entre son frère et les étrangers. Souvent, il s'agissait de calmer les ardeurs de Kyuu et de présenter ses excuses à la personne d'en face. Cependant, Roku était l'unique personne au monde qui pouvait se permettre de dire n'importe quoi à son frère sans que celui-ci ne réagisse de façon impulsive. Même Fukase, leur chef, qui les avait pourtant recueillis alors qu'ils se trouvaient tous les deux dans une situation difficile, n'avait pas ce pouvoir. Les trois malfrats dissimulèrent alors leurs armes sous leurs vêtements. Yohio avait remarqué que les gardes du village se tenaient en hauteur, et n'avaient certainement pas le temps de descendre pour les fouiller. En outre, il pensait profiter de l'obscurité pour cacher au mieux ses mauvaises intentions. Le trio se dirigea alors vers la porte sud de Furisato. Celle-ci mesurait plusieurs mètres de haut, et deux soldats se tenaient en son sommet. A l'approche des trois ombres, l'un d'entre eux intervint :

- Halte ! Déclinez votre identité !

- Nous sommes juste trois voyageurs qui recherchons l'hospitalité pour la nuit. J'ai entendu dire que Furisato disposait des meilleures auberges du pays, en plus d'être un magnifique endroit, rétorqua Yohio très diplomatiquement.

Roku fut impressionné par l’étrange et efficace rhétorique de son comparse, alors que Kyuu, qui n'appréciait absolument pas Yohio, se contentait de l'imiter en grimaçant, faisant au passage ricaner son frère quelques secondes. Tandis que les deux gardes considéraient les nouveaux visiteurs, Yohio glissa aux jumeaux :

- Arrêtez, vous allez tout faire rater !

A la suite de cette remarque, Roku retint immédiatement la manche de son frère, craignant sa réaction. Celui-ci serra les dents en signe de protestation, mais n'alla pas plus loin. Il était assez intelligent et savait que ce n'était pas le moment de se faire remarquer. Sans plus de recherches, les deux gardes laissèrent le groupe pénétrer à l'intérieur de l'enceinte de Furisato. Yohio signifia aux jumeaux de l'accompagner par un petit signe, et dès qu'ils furent à sa hauteur leur murmura :

- Prenez garde, nous sommes entrés bien trop facilement. C'est louche !

- C'est peut-être votre « stratégie » qui a bien fonctionné ! argumenta Roku.

- Ça ne marche jamais aussi bien. Ils cachent quelque chose.

Après avoir passé la grande porte des remparts qui s'était ouverte lentement, le trio passa à travers quelques rues étroites avant d'arriver vers la place principale du village. C'était à cet endroit même que ce tenait le célèbre marché aux poissons. Les trois combattants purent alors observer le grand nombre de personnes qui visitait les nombreuses échoppes. Le tout dégageait une odeur particulière, sans aucun doute causée par l'amas des différentes espèces d'animaux marins vendus.

- Ça pue ! s'exclama Kyuu. « On doit vraiment se dépêcher ! Je ne veux pas passer une minute de plus dans un endroit pareil ! »

Yohio aurait bien voulu lui donner raison, mais l'homme était davantage concentré sur les hordes de soldats et de gardes supplémentaires qui patrouillaient dans l'ensemble du bourg.

- Ce n'est vraiment pas bon, tout ça ! Je n'ai jamais vu un village aussi bien gardé, murmura-t-il.

- Il va falloir être prudent, conseilla Roku.

- On va tout d'abord observer les alentours de l'habitation du chef, et on avisera après, finit Yohio.

Kyuu écoutait la conversation à moitié, le visage caché sous sa veste, davantage préoccupé par l'odeur que dégageait le lieu.

- Vous faites ce que vous voulez, Yohio. Du moment qu'on parte rapidement d'ici, lança-t-il.

Ils se dirigèrent ensuite vers une petite ruelle à l'écart, et firent une pause. Yohio sortit de sa poche un plan détaillé du village, qu'il avait préalablement préparé, et le déplia devant les Genshine.

- La maison du chef se trouve sur la côte, à l'extrême nord de Furisato. D'après ce que nous avons déjà vu, on peut supposer que celle-ci sera particulièrement bien surveillée. Je propose donc de se rendre discrètement là-bas dans un premier temps, et d'ensuite élaborer une stratégie.

Sa phrase terminée, il attendait une réaction des jumeaux. Se heurtant à un silence absolu, il fit une légère mimique sur son visage.

- Qu'est-ce que vous attendez ? demanda Kyuu quelque peu violemment. « On ne va pas acquiescer à chaque phrase. On y va, et vite ! »

Yohio rangea alors rapidement la carte et mena les Genshine vers le cap nord du village. De loin déjà, ils purent observer l'imposante demeure du chef O'Umi. Celle-ci trahissait sa richesse, ainsi que celle de sa région. Contrairement aux autres maisons du village, son habitation était construite en pierres jaunes, typiques du coin, et de nombreuses décorations rappelant pour beaucoup l'histoire maritime du pays de Kuni ornaient les extérieurs et les jardins. Cette maison ne pouvait toutefois pas rivaliser avec la magnificence du Palais Royal de Kyôu, mais possédait bien plus de prestance que toutes les demeures de chefs de village que Yohio avait observées jusque-là, et malgré le fait que celle-ci était de plain-pied. Mais le trio n'avait cure d'observer l'architecture du bâtiment, et se concentrait surtout sur les troupes dispersées autour de celui-ci, bien plus nombreuses que les autres fois. Yohio et les Genshine ne le savaient pas, mais Miku, la patronne de la garde royale, était parvenue à dégager de nombreuses unités de soldats supplémentaires qui furent affectés à la surveillance des villages où aucun meurtre n'avait encore été commis.

- Ils se méfient, dit Yohio. « Et ils emploient déjà les grands moyens. »

- On pourrait tenter d'entrer en force, vociféra Kyuu, avec courage.

Yohio n'eut même pas l'occasion d'intervenir.

- Mais tu as vu combien ils sont ? On ne s'en sortira jamais, lui rétorqua son frère.

- D'autant plus qu'il s'agit ici de troupes bien entraînées. Pas des fantassins habituels, compléta le jeune homme blond. « Le mieux est de tenter de trouver une entrée secrète, et de pénétrer discrètement dans le bâtiment. Ah, si seulement il me restait encore quelques munitions ».

- Fallait pas tout gaspiller inutilement, répondit Kyuu, à raison.

Il voulut rajouter une injonction du type « espèce d'imbécile », mais observa son frère qui lui faisait des signes et renonça à cette idée.

Le sbire de Fukase resta silencieux.

- Venez, on va faire le tour par la plage. Il y a peut-être un accès plus facile de ce côté-là.

Peu de temps après, le groupe arriva sur la plage de sable jaune de Furisato. D'habitude, celle-ci était très fréquentée par les visiteurs de passage, mais il commençait à se faire tard, et le trio ne croisa que quelques groupes de jeunes. Kyuu leur adressa un regard menaçant, comme de la défiance (et en même temps, c'est l'impression qu'il cherchait à donner à tout le monde), tandis que les deux autres compagnons ne faisaient que les ignorer. Tous les trois continuaient de marcher, alors que le soleil se couchait à l'horizon, présentant un spectacle assez appréciable. Cependant, le groupe ne s’en occupait guère et avait d'autres chats à fouetter. En outre, cela ne collait pas particulièrement à l'ambiance du moment. Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent une nouvelle fois près de la demeure du chef. L'entrée principale qui donnait accès à la mer était gardée, mais Yohio décela un autre passage. Il vit, en effet, caché dans les dunes, une sorte de gros tuyau qui semblait mener à leur destination.

- Je pense que c'est là notre seul moyen d'entrée, annonça-t-il.

- Vous plaisantez, là. Ça va nous mener où, ce truc, dans les toilettes ? beugla Kyuu.

- Tu vois une autre solution ? Yohio s'excusa pour cette formulation un peu familière, lorsqu'il vit la main de Kyuu s'approcher dangereusement du pommeau de son sabre. « Excusez-moi, mais je ne vois pas d'autre manière de faire », reprit-il après quelques hésitations.

Les frères, et plus particulièrement l'aîné, durent se faire une raison. Il fallait éviter le plus possible de se faire remarquer. Dans le cas contraire, tout l’ensemble de leur mission était mis en péril. Roku rappela à son jumeau que Fukase les avaient chargés d'une mission à caractère furtif, et non pas un massacre. La discrétion devait rester une priorité.

- D'accord, nous allons encore patienter un peu, le temps que le soleil se couche pour de bon. Une fois, la nuit tombée, on pourra se mouvoir plus facilement, proposa Yohio.

–---------------------------------------

Il était presque une heure du matin lorsque les trois ombres s'approchaient de l'endroit qu'elles avaient auparavant désigné comme point d'entrée. Les guerriers progressaient prudemment et lentement dans les dunes afin de passer entre les mailles du filet dressé par les gardes autour de la maison. Finalement, ils étaient parvenus assez facilement au tuyau d'entrée. Il faut dire que Yohio et les Genshine (malgré leur jeune âge) disposaient de suffisamment d'expérience dans ce domaine.

- Bon, j’ai imaginé un ordre pour progresser, commença Yohio. « Roku, je propose que vous passiez en premier, je resterai au milieu, et vous, Kyuu, vous fermerez la marche. De cette façon, vous pourriez me protéger en cas de pépin, puisque vous êtes les meilleurs sabreurs. »

Le jeune blond avait bien saisi la manière de s'adresser aux jumeaux, afin de faire passer au mieux ses idées, surtout en ce qui concernait Kyuu. Son raisonnement était pratiquement sans faille. L'aîné esquissa même un petit sourire lorsque Yohio leur avoua qu’il les considérait comme des combattants d'exception. Pour la première fois, celui-ci venait de remonter dans son estime. Néanmoins, Kyuu eut une objection :

- Je ne suis pas tout à fait d’accord. Je voudrais passer en premier, proposa-t-il

- Qu’est-ce que ça change ? demanda Yohio.

- Je préfère me trouver en première garde. Roku, tu te tiendras à l’arrière.

Roku s’exécuta sans prononcer un seul mot. Yohio, quant à lui, fut un peu déçu de ne pas voir sa stratégie appliquée au pied de la lettre. De plus, il ne saisissait pas vraiment ce que cela changeait. Pourtant, le cadet avait bien compris la raison de l’objection de son frère. Celui-ci voulait assumer son rôle d’aîné, comme il l’avait toujours fait. Pour Kyuu, Roku représentait la personne la plus précieuse au monde, et il ne voudrait en aucun cas le perdre. En conséquence, il agissait souvent de manière surprotectrice avec celui-ci, bien que ses talents au combat ne soient plus à prouver. Ils progressèrent lentement à travers le long tuyau sombre, celui-ci étant assez large, heureusement, pour faire passer les trois personnes. Quelques minutes plus tard, Roku informa les autres qu'il percevait une lueur blanche au loin, signe que la sortie était proche. Kyuu s'inquiétait déjà de savoir où ils allaient atterrir. Finalement, point de toilettes à la sortie, le tuyau faisant probablement partie d'une ancienne canalisation d'eau qui n'avait pas été condamnée. Personne ne gardait la sortie. Le sbire de Fukase s'auto-félicita donc d'avoir trouvé ce qui constituait sans doute la seule faille de la surveillance.

Ils se retrouvèrent donc dans ce qui semblait être une sorte de sous-sol, certainement d'anciennes oubliettes désaffectées. En effet, le village de Furisato avait été construit il y a longtemps et constituait l'un des premiers ensembles d’habitations du pays de Kuni. Les habitants étaient par ailleurs extrêmement fiers de leur patrimoine et n'hésitaient pas à en faire part aux touristes de passage. Mais, par conséquent, de nombreux bâtiments, dont la demeure du chef, étaient très anciens et certaines parties de l'architecture pouvaient parfois laisser à désirer, conduisant alors les propriétaires à abandonner certaines pièces. C'était le cas ici, au plus grand bonheur de Yohio et des Genshine. Ce sous-sol n'était absolument pas surveillé, ce qui laissa le temps au trio pour élaborer encore davantage leur stratégie. Roku souleva alors un problème de taille : même si les capacités de sabreurs des jumeaux n'étaient plus à prouver, il est bien plus compliqué de tuer un homme directement à l'arme blanche, plutôt qu'au moyen d'un pistolet. Yohio avait profité de cet énorme avantage sur ses ennemis lors de ses trois dernières attaques. Ici, non seulement ses capacités au sabre s'avéraient plus que basiques, mais la tâche qui les attendaient s'annonçait ardue, même pour des combattants aguerris.

- De toute façon, nous n'avons pas vraiment le choix, argumenta Kyuu. « Je ne trouve pas d'autre solution. Le mieux est de progresser furtivement à travers le bâtiment, en essayant de se faire repérer le moins possible, et d'arriver jusqu'au chef rapidement. Et là, on finit le travail. »

Yohio avait beau trouver Kyuu quelque peu présomptueux de nature, il devait bien avouer que son interprétation de la situation était plus que correcte. Heureusement avait-il bien étudié la structure de la maison avant de lancer son opération (c'était une habitude chez lui, mais pour cette fois, il y avait accordé encore plus d'attention). La maison ne disposait que d'un seul étage (en plus du sous-sol), mais disposait de nombreuses pièces, toutes séparés par des portes coulissantes. Selon Yohio, il serait très probable de trouver des soldats dispersés un peu partout. Par chance, l’exiguïté des salles de la maison empêchait la formation d'une horde de soldats à un endroit donné, ce qui laisserait aux Genshine tout l'espace pour faire valoir leurs talents au combat. Yohio proposa alors de tourner cette situation à leur avantage. Il avait tracé sur une feuille de papier un petit itinéraire menant à la chambre du chef, où celui-ci se trouverait sans aucun doute. Les jumeaux n'auraient donc qu'à progresser avec lui à travers l'habitation et d'éliminer les gêneurs au fur et à mesure.

- Oui, oui...opina Kyuu. « En gros, vous nous laissez faire tout le travail… Vous servez à quoi dans cette histoire ? »

- On peut dire que je fais office de stratège, rétorqua Yohio, laissant échapper un léger soupçon d'hésitation.

L'aîné laissa échapper un éclat de rire pendant quelques secondes, puis reprit son sérieux. « Je le sens mal, votre plan », avoua-t-il. « Nous ne pouvons pas en même temps nous occuper des gardes et veiller à votre sécurité. Pour être franc, vous nous gênez plus qu'autre chose. »

- Je peux vous aider pour les combats aussi. Je ne suis pas un novice, vous savez, se justifia Yohio.

- Oui, c'est ce qu'on va voir. En tout cas faites bien attention à vous.

Roku interrompit la conversation entre les deux hommes, en leur signifiant, qu'il était temps d'agir et qu'ils n'avaient pas d'autre choix que de suivre les ordres de leur chef, Fukase.

- Oui, ben celui-là, il va m'entendre quand on sera rentrés, râla Kyuu.

Le petit groupe finit donc par emprunter le petit escalier qui menait au rez-de-chaussée de l’habitation. Une certaine excitation commençait à gagner les jumeaux, comme avant chaque combat. C'est à cela que l'on reconnaissait les véritables guerriers. Yohio, quant à lui, ne pouvait pas cacher une certaine inquiétude. Cette déferlante de sentiments se ressentait dans l’atmosphère et pouvait s'observer sur les visages des trois personnes. Arrivés en haut de l'escalier, Roku poussa la grosse porte en fer qui barrait le passage, suivi de Kyuu et de Yohio. Ils pénétrèrent dans une sorte de débarras, duquel ils purent entendre les quelques voix des gardes qui étaient postés dans la pièce d'à côté. Selon l'analyse du cadet Genshine, ils ne devaient pas être plus de quatre.

-Prenez ceci, fit Roku en tendant à ses deux compagnons une étoffe de tissu chacun. « Il vaut mieux dissimuler nos visages, on n'est jamais trop prudent. »

- Bien vu, frangin ! compléta Kyuu. « Vous n'aviez pas d'idée comme celle-ci Yohio », ajouta-t-il en signe de défiance.

Le blondinet ne prit pas la peine de répondre, et enfila le bout de tissu noir autour de son visage.

Les jumeaux retenaient leur respiration avant d'entrer dans la pièce. Leur opération avait définitivement débuté.

– ------------------------------------------- –

Tout s'était finalement passé très vite. Les quatre premiers gardes croisés n'avaient été qu'une formalité pour les jumeaux, qui purent enfin user de leurs talents. Yohio s'était pour l'instant contenté d'observer la scène et se tenait dans un coin, par crainte de gêner les frères. Bien que le spectacle proposé fût pour le moins funeste, le sbire ne put s'empêcher d'admirer les splendides mouvements de combat des Genshine. Toute prise avait un but, et il ne put observer aucune démarche inutile. Les frères ne faillirent décidément pas à leur réputation. Ils continuèrent leur mission dans un silence absolu, si ce n'est le cri des gardes pétris par la douleur. Une seule chose à redire cependant : comme Roku l'avait annoncé auparavant, presque aucun garde n'était tué sur le coup, le but étant tout d'abord de se frayer un chemin jusqu'au leader du village, et de mettre hors champ tous les ennemis. Yohio s'attelait tout de même à achever quelques soldats, à l'aide de son sabre. Après être passés dans quelques pièces et éliminé plusieurs sentinelles, toujours en silence et sans s'être fait repérés, Roku s'arrêta net et se tourna vers Yohio ;

- Qu'est-ce que vous faites depuis tout à l'heure ?

- Je tente d'éliminer les témoins potentiels le plus possible. Vous épargnez beaucoup trop de personnes, objectiva Yohio.

- On nous a engagé uniquement pour tuer le chef, pas pour faire le plus de victimes possible.

Au fond de lui-même, Roku était embêté par la tournure de l'opération. Le cadet n'était pas d'un naturel malsain, et, s'il tentait d'effectuer au mieux sa tâche, il était d'avis que tuer tous les occupants du bâtiment ne lui était d'aucune utilité. Seul comptait le chef du village. Pour Kyuu, il fallait mettre ses opposants hors combat, sans se préoccuper du fait de savoir si ses attaques étaient létales ou pas. Cependant, l’aîné ne recherchait pas spécialement la mort de son adversaire. Roku, malgré son indéniable don de combattant, n'était pas une machine à tuer. Par conséquent, la manière de fonctionner de Yohio le gêna terriblement. Il n'était déjà pas bien utile dans le feu de l'action, se contentant simplement de passer derrières les frères. En outre, il poussait un soupir mêlé d'excitation et de satisfaction à chaque fois qu'il venait d'ôter la vie d'un garde. Et Roku n'éprouvait absolument pas l'envie de faire équipe avec un psychopathe.

- Plutôt que de satisfaire vos instincts meurtriers, vous pourriez nous aider à terminer notre mission, ajouta Roku.

Une fois n'est pas coutume, c'est Kyuu qui dût mettre un terme à l'animosité qui régnait entre les deux équipiers. Il n'appréciait pas Yohio plus que cela, et se tiendrait de toute manière toujours du côté de son frère, mais il avait conscience que, plus l'équipe traînait à l'intérieur de la maison, plus le danger serait présent. Le but premier de cette attaque était de tout finir très rapidement, et de ne pas s'interrompre pour des états d'âme. Le groupe aurait tout le temps d'en discuter après. Roku se rangea alors près de son aîné, non sans lui monter une expression du visage bien significative de son état d'esprit. Kyuu acquiesça et lui murmura qu'il le comprenait, mais qu'il ne fallait pas s'arrêter pour l'instant. Yohio se tenait toujours derrière les deux jeunes hommes aux cheveux verts, et tous s’avancèrent vers les pièces suivantes.

Quelques minutes plus tard, le trio pénétra dans une immense chambre située à l’extrémité est de la demeure. Au fond de la pièce se tenait O'Umi, entouré par cinq gardes. Trois d’entre eux se lancèrent donc respectivement vers Kyuu, Roku et Yohio. Ces soldats s’avéraient être d’un niveau bien supérieur à celui de ceux que le trio avait rencontré auparavant. Par conséquent, le combat s’éternisait quelque peu, alors que les deux derniers gardes restaient bien stationnés auprès du chef du village. Il fallait plus que tout éviter que celui-ci se fasse occire par une manœuvre habile de l’un des trois ennemis. Kyuu avait bien esquivé les premières attaques de son ennemi, avant de s’engager dans une lutte âpre au sabre avec lui. Durant tout le combat, il garda le sourire aux lèvres, son concurrent affichant perpétuellement une mine déconfite. Après quelques dizaines de secondes, Kyuu parvint à faire dévier la trajectoire de l’épée de son adversaire. Celui-ci déséquilibré, l’aîné des Genshine en profita pour l’assommer d’un coup de pommeau, puis le mit hors combat en lui assénant un coup tranchant dans le dos. Le garde balbutia quelques instants puis s’effondra sur le sol, juste devant O’Umi.

Roku s’occupa également assez rapidement de son ennemi. Celui-ci avait tenté l’épreuve de force avec le cadet, jugeant sans doute qu’il avait toutes ses chances vu le physique relativement frêle du cadet. Mal lui en a pris, car le combattant aux cheveux verts fit bien mieux que lui tenir tête. Leurs deux sabres s’étaient entrechoqués de façon assez violente, laissant échapper un bruit caractéristique. Roku approcha ensuite son arme dangereusement vers le visage de son adversaire, puis parvint à le désarmer. Il le mit finalement hors d’état de nuire, en lui donnant un furieux coup de genou dans le visage, ce qui le mit knock out sur le coup.

Yohio éprouva quant à lui d’énormes difficultés à se montrer au niveau du garde qui lui faisait face. Ses mouvements étaient particulièrement hésitants et désarticulés. Il n’avait, en effet, suivi que quelques cours de combat au sabre, et se montrait bien plus talentueux au tir. Malheureusement, son talent ne lui était d’aucune utilité dans la situation présente. Il ne pouvait pas non plus compter sur l’aide des jumeaux, bien trop occupés à combattre les deux soldats restants aux côtés du chef. Son adversaire réussit à le transpercer à l’aide de la pointe de son épée au niveau de l’épaule gauche. Yohio tomba à genoux, et hurla de douleur tout en se protégeant la plaie de sa main droite. Le garde profita de ce moment de répit (les Genshine étant toujours en train de se battre avec les gardes, sous les yeux paniqués du chef O’Umi) pour se rendre en courant vers une petite alcôve située à sa gauche. Cette petite pièce comportait trois cages dans lesquelles étaient enfermés des corbeaux. Le soldat prit un bout de papier et griffonna très rapidement un petit message : « Attaque en cours à Furisato. Le chef O’Umi est menacé ! ». Il attacha le message à la patte droite de l’oiseau, lorsque qu’il entendit la porte de derrière s’ouvrir violemment. Il vit ensuite apparaître Roku Genshine sur le pas, et entendit au loin les cris de douleur de son chef, achevé définitivement par Kyuu. Roku courut vers lui afin de l’empêcher d’envoyer ce message, mais il arriva trop tard ; le garde ayant déjà lancé le corbeau en lui donnant l’ordre d’apporter ce papier au quartier général de la garde royale, à Kyôu. Le cadet fit perdre connaissance au garde, en lui pratiquant un étranglement (cette prise fut assez facile à exécuter, le soldat étant déjà à bout de forces). Roku jeta ensuite un œil par la fenêtre, et vit arriver une nouvelle équipe, menée par un homme brun à lunettes, habillé d’un kimono noir. Aussitôt, il rejoignit son frère qui se tenait aux côtés de Yohio, toujours à terre.

- Kyuu, il faut filer ! Un nouveau commando arrive vers nous !

L’aîné se releva, mais fut subitement interrompu par Yohio, qui s’exprima avec difficulté.

- Vous n’allez pas me laisser ici ?

Les frères prirent quelques secondes pour réfléchir, se consultèrent d’un simple regard, puis Kyuu prit la parole.

- Désolé, Yohio, mais nous nous mettons en danger si nous restons plus longtemps ici.

- Vous n’allez pas me laisser aux mains de la garde ? répéta inlassablement l’homme blond.

- Vous préférez qu’on vous achève tout de suite ? proposa le grand frère.

Yohio poussa alors un cri de peur, tandis que Roku tira son frère par le bras, et lui demanda de ne pas perdre son temps. Finalement, les Genshine s’enfuirent par la porte du fond, laissant Yohio à son triste sort.

Quelques minutes plus tard, le nouveau commando fit irruption dans la chambre du chef. Le lieutenant à la tête de l’unité se dirigea directement vers la dépouille d’O’Umi pour l’analyser. Il confirma très vite son décès. Sa concentration fut ensuite troublée par l’un de ses subalternes :

- Lieutenant Hiyama, nous tenons un suspect. Il est vivant !

- Mettez le directement aux arrêts et enfermez le dans les geôles, ordonna le chef de l’escouade, Hiyama Kiyoteru.

Yohio fut alors emmené par plusieurs gardes vers la caserne du village de Furisato, alors que le lieutenant continuait d’observer lentement mais scrupuleusement les dégâts que venaient de commettre les trois assaillants, à la recherche d’éventuels autres indices.

- ----------------------------------------------------------- -

Quelques heures plus tard, au quartier général de la garde royale, le soleil commençait à émettre ses premiers rayons de la journée. Rin et Len avaient déjà commencé leur entraînement quotidien, en compagnie de leurs formateurs, Gumi et Yuma. Miku se trouvait dans son bureau, situé au plus haut étage du bâtiment, en compagnie d’Alys.

La jeune femme à la tresse était revenue très tard de son escapade en ville, et portaient encore les marques du combat mené pour s’évader du repère de Kaito. Miku et les autres avaient bien tenté d’obtenir des informations quant à ces blessures, mais Alys avait préféré passer sous silence toute son aventure, expliquant simplement s’être fait agressée par un malfrat dans une rue mal famée du quartier populaire. Elle avait ensuite déclaré que son assaillant avait été pris à partie par l’un des gardes de la ville. Elle avait volontairement passé sous silence son enlèvement par le plus grand mafieux de la ville, ainsi que sa maîtrise du Koryu, l’art du combat à mains nues. En effet, la jeune femme ne désirait pas que ses talents ne soient dévoilés pour le moment, craignant la réaction de la commandante de la garde royale.

Dans son bureau, Miku tentait toujours de lui faire avouer la vérité, sans succès. Soudain, un corbeau vint se poser sur le rebord de la fenêtre de la commandante. Celle-ci se dirigea immédiatement vers l’animal et retira le message qu’il tenait à sa patte. Son visage afficha subséquemment une expression d’étonnement et d’horreur. Elle se pencha vers la fenêtre qui donnait sur la cour où les jumeaux Kagamine continuaient de s’entraîner et hurla de vive voix :

- Arrêtez tout ! Le chef du village de Furisato vient d’être attaqué ! On se rend directement là-bas.

Gumi et Yuma se mirent au garde à vous, alors que Rin et Len levaient naïvement la tête vers Miku.

- Nous aussi, demandèrent-ils

- Bien sûr ! rétorqua Miku. « Préparez tous vos affaires au plus vite. On part tous les six pour Furisato ! »

Publié dans Sekai

Commenter cet article