Sekai : Chapitre 15 - The Servant of Evil

Publié le par Jyôka Ryu

Fukase se tenait devant l'imposante arche en métal, fier et droit comme un "i", et savourait ce qui lui paraissait comme sa toute-puissance. Des éclairs vrombissaient tout le long de l'arc de cercle. Puis, le petit auditoire vit sortir de la lumière bleuâtre trois hommes, tenant chacun une arme à feu différente entre les mains. Le chef de l'organisation, souriant, présenta immédiatement ces hommes à Kyuu, Roku et Leora.

- Voici Kyo, Yuu et Wil. Ils seront chargés de diriger mon armée.

Kyo s'avança en premier, tenant son fusil de type M16. Il salua respectueusement ses trois collègues. Puis, ce fut le tour de Yuu, qui lui était équipé d'une sorte de sniper, et enfin Wil. Les jumeaux remarquèrent que ce dernier ne possédait qu'un petit pistolet et commençaient à s'interroger sur la signification de tout ceci. Quel plan Fukase avait-il en tête ? Pourquoi avaient-ils tous une arme différente ? Et surtout, qui étaient ses hommes ?

Kyuu voulut directement poser la question, mais il fut interrompu. Quelques secondes après l'arrivée des nouveaux commandants, une cohorte d'une centaine d'hommes sortit de l'arche, et prenait position dans la forêt. Fukase se trouvait sur le côté et appréciait son œuvre. Il avait clairement le sentiment que la victoire lui était acquise.

Leora et les jumeaux s'approchèrent lentement de leur chef, alors que chaque groupe de soldats partit se poster devant son commandant désigné. La mercenaire souriait : selon elle, elle avait misé sur le bon cheval, et cette découverte la convainquit encore davantage de son succès. Kyuu et Roku étaient plus mesurés, et une foule de questions se heurtèrent dans leurs têtes.

- Qui sont-ils, ces trois hommes ? interrogea Kyuu en désignant Kyo, Yuu et Wil.

- Je les ai recueillis dans la rue. Ils me paraissaient très bons. Je les ai éduqués au maniement des armes, un peu comme ton frère et toi, mon petit Kyuu.

Une once de doute pouvait alors s'observer sur le visage de l'aîné. Il jeta un regard vers Roku qui paraissait tout aussi désorienté. En effet, avant leur voyage vers Sekai, Fukase avait promis aux Genshine une place de choix dans son organisation. Naïvement, les jumeaux y avaient cru. Dès à présent, ils avaient le sentiment d'être mis sur la touche. En outre, cela n'amusait pas Kyuu de voir que le patron s'était trouvé de nouveaux protégés. Au final, il s'était surtout servi d'eux, en dépit des services qu'il leur avait rendus. Il observa à nouveau son frère, puis ils décidèrent ensemble de discuter de cet aspect plus tard, le moment étant mal choisi.

Fukase se plaça ensuite sur un petit promontoire, qui lui donna une bonne vue sur toute sa petite armée. L'homme aux cheveux rouges s’appuyait sur sa canne, et s'imagina en véritable chef de guerre. Kyo, Yuu et Wil se tenaient devant leur compagnie respective et regardèrent le patron en silence.

- Messieurs, nous sommes enfin arrivés à Sekai. Le moment est venu pour nous de prendre notre revanche !

Cette seule phrase réussit à créer des clameurs à travers tout le groupe d'hommes. Ce bruit saisissant et menaçant vint perturber l'habituelle quiétude de la forêt.

***

Dans le Palais royal de Kyôu, la tension était quelque peu retombée. La Reine avait demandé à se reposer et à passer outre ses émotions avant de poursuivre le Conseil des Quatre. Elle resta alors plusieurs jours cloîtrée dans sa chambre, encore sous le choc, et provoquait, de ce fait, des inquiétudes dans le chef de Miku et des chefs de village, qui logeaient dès lors au château. Seule la commandante de la garde bénéficiait du droit d’entrer dans la chambre royale. Pendant tout ce temps, Luka ne se décida pas à dévoiler les événements qui s’étaient déroulés durant sa détention, accentuant encore l’anxiété générale. Cependant, après insistance de Miku, elle se décida à cracher le morceau ; cinq jours étaient passés.

Ce jour-là, la patronne de l’armée s’était délicatement installée aux côtés de Luka, assise au milieu de son immense lit à baldaquin. La pièce était fastueusement décorée : la couleur dominante était le rose clair, mais quelques touches d’or, de blanc et de bleu ciel donnait un certain charme à l’ensemble, et apportait en outre une atmosphère paisible.

- Ma Reine, vous savez que vous pouvez tout me dire. Que s’est-il passé là-bas ? Qu’est-ce qui vous a mis dans cet état ?

- C’est compliqué, Miku…

La commandante était passablement excédée par le comportement de la souveraine. Dans ses souvenirs, elle cachait une force de caractère derrière son attitude douce. Mais ici, elle agissait comme si elle laissait tout tomber. En sus de l’agacement vint également s’ajouter une angoisse. La Reine avait dû faire face à quelque chose de particulièrement difficile émotionnellement pour se retrouver dans un tel état. Miku se décida alors à changer sa stratégie. Elle prit la Reine dans ses bras, un geste synonyme de sécurité.

- Ma chère amie, vous êtes la Reine de ce pays. Et cela ne doit pas être facile tous les jours… Mais sachez que, peu importe ce qu’il arrivera dans l’avenir, je serai toujours à vos côtés.

Luka laissa échapper quelques larmes et son visage devint écarlate :

- Je sais…

- Mais vous devez tenir, c’est votre rôle, votre destin, votre fardeau… Vous devez vous relever et continuer à vous battre

Que devait rétorquer la Reine à ces mots pleins de bon sens ? Au fond, elle savait que Miku avait raison, mais la soudaine réapparition d’Owari lui faisait rejaillir des souvenirs qu’elle préférait par-dessus tout oublier. Désormais, tout refaisait surface, et elle devait affronter ce passé qu’elle avait fui durant des années. La véritable identité de Fukase devait éclater au grand jour pour le bien du pays de Kuni. Toutefois, elle voulait en parler tout d’abord à sa plus proche amie, qui se trouvait à ses côtés. Sans doute l’épreuve en serait plus aisée. La souveraine reprit alors son souffle plusieurs fois, alors que la patronne de la Garde resserrait son étreinte.

- C’est le kidnappeur, le chef du complot… Je le connais, bafouilla-t-elle.

Miku évita de sursauter, malgré la surprise qui accompagnait cette nouvelle.

- En fait, c’est mon demi-frère, Owari …

- Vous avez un frère ? interrogea directement la femme aux couettes.

- C’est l’autre fils de ma mère. Il est mon aîné. Maman a eu cet enfant avant qu’elle n’épouse le Roi, mon père. Je pensais qu’il était mort, qu’il avait disparu…

Luka marqua ensuite une pause, puis s’étonna elle-même. Instinctivement, elle avait servi à Miku son excuse officielle pour expliquer sa relation avec Owari. Afin de protéger son passé et son trône, elle se devait de garder le secret, même à sa confidente. En outre, l’épreuve qu’elle avait traversée petite ne devait pas resurgir. Elle s’était donc décidée à distiller uniquement les informations capitales pour l’avenir du pays et la lutte contre cette menace, mais rien de plus. Tous les autres antécédents devaient rester secrets, il en allait également de la stabilité de Kuni.

- Que vous veut-il ? Pourquoi vous avoir enlevée si sauvagement si vous êtes de la même famille ? se demanda la commandante de la Garde.

- Owari a un caractère un peu spécial. Déjà quand nous étions jeunes, je me souviens qu’il désirait ma place, et pourtant je n’avais que trois ans. Mais j’étais la fille légitime du Roi. Il a toujours vécu cela comme une injustice. Finalement, ne supportant plus cette situation, il s’est enfui du château… Tout cela s’est déroulé un peu avant que tu ne naisses, Miku. 

La guerrière aux cheveux turquoise avait en effet passé toute sa vie au Palais Royal. Fille du précédent commandant de la Garde, elle profitait de ses appartements au château, et avait par conséquent noué une amitié solide avec la princesse héritière, Luka, dont elle était de quatre ans la cadette.

- J’ai toujours eu du mal à accepter son choix… Depuis, je ne l’ai plus jamais revu… Jusqu’à maintenant !

- Et vous pensez qu’il revient pour vous chasser du trône, c’est ça ?

- Il y a des chances, il a tout de même mis au point un plan pour affaiblir le pays, et il s’est plutôt bien débrouillé. Il ne reste plus que trois chefs de village sur les sept. Et qui sait ce qu’il a prévu pour son prochain coup…

- Nous nous battrons, lui assura son amie. « Jusqu’au bout ! »

- Il a également parlé d’une Porte, il devait rejoindre les jumeaux aux cheveux verts, et l’autre Koryuiste à cet endroit. Apparemment, elle est située dans une forêt… C’est ce que j’ai entendu…

Miku exhorta tout de même la souveraine de faire part de ces informations au Conseil des Quatre, ainsi qu’à ses lieutenants Gumi et Yuma (ceux-ci possédaient toute la confiance de la Reine), mais aussi à Rin et Len, et indirectement à Alys. En effet, la commandante avait également une petite idée derrière la tête, et avait déduit qu’il était possible que Fukase, par un quelconque moyen, vienne du même monde que les Kagamine. Au début de ses opérations, il disposait d’une technologie qui n’était connue que des jumeaux. Même s’il n’était plus parvenu à en faire usage par la suite, cette donnée n’était pas à négliger. Quoi qu’il en soit, un petit entretien avec Rin et Len s’imposait.

Le lendemain, Luka prononça un discours devant les membres du Conseil, accompagnés par leurs gardes attitrés. Miku avait également convié les deux blonds à l’exposé. Entre-temps, Rin était sortie de l'hôpital mais restait condamnée à marcher à l'aide de béquilles pour les trois prochaines semaines. De plus, tout entraînement ou autre exercice physique étaient proscris.

La Reine tint également le même laïus que celui de la veille face à la commandante. Mais cette palabre était toujours cousue de fil blanc. Luka ne pouvait en aucun cas dévoiler la vérité sur son véritable passé. Pour l’instant, les Sages avaient dans leur main ce dont ils avaient besoin pour réfléchir à une stratégie afin de contrer les ambitions de Fukase. C’était tout ce qui comptait.

Toutefois, un doute parcourut l’esprit de Luka pendant quelques minutes à la fin de la séance. Et si son secret finissait par être découvert pour de bon…

***

Len était retourné dans sa chambre, accompagné de sa sœur Rin et d'Alys. Cela faisait déjà un petit moment que le jeune garçon et la fille à la tresse n'avaient pas pu profiter d'un moment de calme et de repos. Ces derniers temps, les événements s'étaient enchaînés très rapidement, de telle sorte qu'aucun d'entre eux n'avait pris le temps de se poser quelques instants et de faire le point sur leur situation. Peu importe ce qu'il arrivait, l'objectif premier des jumeaux était de retrouver un chemin vers leur monde. Le hasard avait fait que ce but était un peu passé au second plan, mais ils ne l’oubliaient pas.

Rin avait éprouvé des difficultés à monter les escaliers pour accéder à l'étage de leur chambre. Elle fut vite aidée par ses deux compagnons, et s'installa directement dans le lit du bas une fois entrée dans la pièce.  

Bon, il faut qu'on parle ! admonesta directement Len.

- Qu'est-ce que tu veux qu'on dise, lui rétorqua sa sœur.

- Plein de choses ! D'abord, cette histoire de Porte... Si on met toutes les pièces en place, on peut déduire que Fukase vient de notre monde, et que cette porte est un bon moyen de rentrer chez nous !

- Oui, c'est vrai... hésita Rin.

Alys restait toujours silencieuse, se contentant d'observer la discussion entre les jumeaux. Quoi qu'il en soit, elle n'avait pas tellement son mot à dire. Elle connaissait leur objectif et se doutait qu'il ne leur était pas totalement sorti de l'esprit.

- D'accord, ajouta Rin. « Mais est-ce que tu es prêt à les abandonner comme ça. Vu la tournure des événements, on peut encore leur être utile. Tu penses vraiment que tu peux les laisser tomber ? » lança-t-elle en désignant Alys de sa main droite.

- C'est justement ça, Rin. C'est la question que je voulais te poser: si on trouve le moyen de rentrer chez nous, qu'est-ce qu'on fait ?

La jeune femme d'Uchi était toujours taiseuse, et pourtant ce n'était pas l'envie qui lui manquait de se mêler à la conversation. Elle brûlait d'envie de leur dire: "Restez ici, nous avons encore besoin de vous, j'ai encore besoin de vous !" Mais elle trouvait également cette attitude égoïste, et ne voulait pas leur imposer un choix. 

Puis, elle fut surprise quand les jumeaux se retournèrent contre elle, et attendirent son opinion. La jeune femme à la tresse bafouilla, étonnée, et tenta de leur donner une réponse qui traduisait le mieux possible ce qu'elle avait sur le cœur:

- Je pense que c'est à vous de voir. Personne ne peut prendre cette décision à votre place. Maintenant, si vous me demandez mon avis, sachez que je me suis particulièrement attachée à vous, et que je redoute un peu le jour de votre départ, même si celui-ci est inévitable...

- Oh, c'est gentil ! rétorqua affectueusement Rin.

- Et concernant notre rôle ici... Qu'en penses-tu ? poursuivit Len.

- C'est pareil. Personne ne peut décider de votre destin. Tout ce que je peux vous dire, c'est que, oui, on aura besoin de vous. Surtout si l'ennemi nous attaque avec sa technologie.

Les jumeaux s'observèrent pendant de longues minutes, sous le regard quelque peu inquiet d'Alys. Puis, Len conclut, comme si il avait également saisi l'opinion de sa sœur.

- Bon, ben, je pense qu'on va encore rester ici un moment !

- C'est vrai ? se réjouit Alys. « Vous comptez rester, même si il y a moyen pour vous de rentrer ? »

- Ce n'est pas dans notre caractère d'abandonner les gens auxquels on tient. Et puis, nous nous sommes embarqués dans cette histoire. Nous nous devons de rester jusqu'à la fin, compléta Rin, rapidement accompagnée par les acquiescements du blondinet. « Et, on est pas encore rentrés… »

Alys retrouva rapidement le sourire, mais fut brutalement interrompue.

- En voilà une bonne nouvelle, cria Miku de l'extérieur de la chambre.

La commandante disposait de son escorte de lieutenants, Gumi et Yuma.

- Bon dans ce cas, nous avons encore besoin de discuter, continua la commandante. « D'après ce que j'ai entendu, vous êtes du même avis que moi. Fukase provient de votre monde. J'irai droit au but: vous savez ce qu'il va nous préparer ? »

Rin et Len s'échangèrent un regard. Puis, la jeune fille prit la parole, toujours assise, la jambe dans le plâtre: 

S'il a trouvé du renfort, il est possible qu'il revienne ici avec encore plus d'armes à feu que la dernière fois. Et je ne sais pas si vous êtes prêts à ça...

- Des armes à feu ?, maugréa Miku. « Du même genre que celle qu'utilisait Yohio ? »

- Oui, rétorqua Rin. « Et peut-être même des plus puissantes. Et je ne sais pas si vous êtes prêts à subir une telle attaque... » regratta la jeune fille.

Miku avait auparavant demandé un rapport aux Kagamine sur ces armes inconnues. Les jumeaux s'étaient attelés à résumer leurs connaissances, précieuses quoique maigres, pour tenter d'aider au mieux la Garde royale. Malgré cette perspective peu réjouissante, la dame aux couettes gardait son air déterminé, comme si elle avait déjà son plan en tête. Elle fit quelques pas le long de la chambre, la tête baissée, en pleine réflexion, puis s'arrêta soudainement et s'écria:

- Alys, tu peux venir dans mon bureau ? J'ai besoin de te parler en privé... Gumi, Yuma, je pense que vous avez quelques mots pour ce cher Len, n'est-ce-pas ? Je vous laisse...

La villageoise accompagna la commandante d'un pas hésitant vers son office situé à l'étage d'en-dessous. Elle jeta également un dernier regard plein de compassion vers les jumeaux, qui lui rendirent un sourire, redonnant à Alys une certaine dose de courage.

 

***

La commandante ouvrit rapidement la porte de son bureau, et rejoignit vite sa place. Elle invita également Alys à s'asseoir en face d'elle. Durant le petit trajet qui séparait la chambre de l'office, Miku n'avait pas dit un mot, restant plongée dans ses pensées. Alys se doutait bien que la patronne avait un plan, et que celui-ci la concernait de près. Aussi voulait-elle parler de son combat contre Leora, et de sa fameuse technique d'annihilation des halos. Finalement, tous les derniers événements avaient besoin d'être débriefés, et c'était également le cas pour Len qui, dans sa chambre, devait faire face à l'ire de Gumi et Yuma par rapport à son comportement dans le repère des Genshine. Alys avait d'ailleurs déjà pu entendre les vociférations de Gumi à l'encontre du garçon, alors qu'elle était à peine sortie de la chambre.

Miku joignit les mains devant son visage, et en vint directement au fait, comme à son habitude:

- Alys, tu peux m'en dire plus sur la technique de ta famille ?

- Celle que j'ai utilisée contre Leora ?

- Oui...

- Il s'agit d'une technique familiale: l'annihilation des halos. Elle permet d'annuler les effets magiques du Koryu de l'adversaire. Mais, elle est difficile à maîtriser et assez pénible à mettre en place. C'est pour cette raison que je me suis évanouie après le combat.

Le regard de la commandante vagabondait dans la pièce, bien qu'elle restât attentive au discours de son interlocutrice. La femme à la tresse pensait que, d'une certaine façon, Miku cachait ses connaissances sur son art, à en observer ses réactions. De toute évidence, elle en savait plus qu'elle ne le faisait paraître. Ce qui était normal au final, pour le chef de la Garde royale. Alys continua cependant son explication.

- Il n'y a pas longtemps que je parviens à maîtriser cette prise... Cela demande énormément de travail, mais aussi de la chance. Par exemple, mon frère, Syla, n'y est jamais parvenu...

- Et ton père ? interrogea directement Miku, le sourire aux lèvres.

- Bien sûr, lui la maîtrisait. Il nous avait même appris avant de mourir les mouvements de base au cas où...

La dame aux cheveux turquoise prit une pause. Elle se leva de son siège et se mit à faire les cent pas dans son grand bureau, en tournoyant autour de la chaise d'Alys.

- Je vais être franche. Pour tout te dire, je connaissais déjà un peu cette technique ancestrale.

Alys voulut directement se lever de son assise, pour marquer sa surprise, mais elle ne se bougea point, de sorte de ne pas vexer Miku.

- Comment ça ? maugréa-t-elle toutefois.

- Je suis la commandante de la Garde royale. Tu crois bien que j'ai lu tous les rapports secrets de la Grande Guerre Magique, à laquelle ton père a participé !

- Vous savez des choses sur mon père ?

Miku se rassit à sa place, dans un grand éclat de rire.

- Nous y voilà ! Je savais que tu avais aussi tes raisons d'être ici. Tu ne voulais pas que suivre les Kagamine.

Alys baissa la tête. La patronne avait vu clair dans son jeu. Bien sûr, elle tenait aux jumeaux, même si elle les avait rencontrés il y a peu. Mais, elle disposait d'une opportunité de se rapprocher de l'armée de Kuni, et de découvrir la vérité sur ce qui ce qu'avait vécu son père quinze ans auparavant. Il avait participé à la Grande Guerre, et avait été réquisitionné en raison de ses compétences. Au cours de la dernière bataille, il perdit la vie, et l'ancien patron de l'armée en personne était venu annoncer cette funeste nouvelle sur le pas de la porte de la maison d'Alys. La jeune fille savait au fond d'elle que quelque chose clochait. En effet, le chef des armées ne pouvait pas se déplacer pour annoncer la mort d'un proche dans toutes les familles du pays. Et pourtant, il l'avait fait pour celle de Monsieur Vo. Cette attitude lui avait mis la puce à l'oreille. Elle se doutait que tout n'était pas blanc dans cette affaire, et voulait en avoir le cœur net. Dès qu'elle eût la possibilité de se rapprocher de la capitale et des hautes sphères du pouvoir, elle se jeta sur l'occasion.

Miku avait laissé le temps de la réflexion à la jeune femme pendant quelques secondes, puis reprit la parole.

- Tu as raison. Il y a quelque chose que tu ne sais pas sur ton père, et sur son rôle dans l'issue de la Guerre.

A cet instant, Alys se releva subitement, et frappa des points sur la table. Elle en avait assez de ces mystères et de ces secrets.

- Dites-moi ce qu'il s'est passé ! hurla-t-elle.

Miku demeurait d'un calme olympien. Elle avait beaucoup d'expérience, et avait dû faire face de nombreuses fois à des personnes qui perdaient leur sang-froid. Elle resta assise et continua:

- Tu sais que les Magiciens sont bloqués derrière une barrière magique, qui les empêche de s'échapper de l'île Maho.

- Oui, tout le monde sait ça. C'est même cette barrière qui a permis de mettre fin à la guerre.

- Et tu n'as pas une idée de comment on l'a construite ? demanda Miku.

Alys s'était toujours rattachée à la version officielle. Les ingénieurs de l'île Kuni avait réussi à trouver un moyen pour annuler les effets de la Magie, et s'en était servi pour créer cette barrière. C'est exactement ce qu'elle raconta à la commandante.

- Petite idiote ! Tu penses que nous avons les moyens de créer une telle technologie ? Surtout en temps de guerre ? vociféra la patronne.

La pratiquante du Koryu était quelque peu outrée par les réactions de Miku.

- Je vais te raconter la vérité. Je connaissais déjà, de nom, cette technique d'annihilation des halos. Puisque ton père a utilisé un dérivé de cette prise pour créer la barrière magique.

- Quoi ? sursauta Alys. « C'est mon père qui a créé la barrière magique ? »

- Oui, l'état-major de l'armée avait eu connaissance du don de ton père, et se demandait s'il était possible de l'améliorer. La base de cette technique est d'annihiler le potentiel magique du Koryu. De ce fait, il était logique de penser qu'elle pouvait aussi annuler les pouvoirs des Mages. On demanda donc à Monsieur Vo de perfectionner cette prise. Ce qu'il fit. Il était parvenu à détruire tous les effets commis par la Magie. Et donc, on a eu cette idée d'enfermer tous les Mages derrière cette barrière.

Quelques larmes commençaient à couler sur le visage d'Alys. Elle était partagée par un sentiment de tristesse - ce récit lui rappelant la mort de son paternel - mais aussi de fierté, non seulement envers Monsieur Vo, mais aussi pour elle-même. Elle avait raison, l'armée avait bien caché la véritable raison de la mort de son père, elle commençait à le comprendre.

- Monsieur Vo a donc construit cette barrière, en se servant du Koryu. Mais cette technique était tellement endurante pour son corps qu'il dût y laisser la vie...

Un silence pesant régnait désormais à travers le bureau de Miku.

- C'est pour cette raison que ton père est considéré ici comme un héros, ajouta la commandante. « Il est l'artisan de notre victoire il y a quinze ans. »

Alys tenta tant bien que mal de se remettre de ses émotions.

- Mais pourquoi ne nous avoir rien dit ? se demanda-t-elle.

- L'armée voulait éviter que l'affaire s'ébruite, et que quelqu'un de mal attentionné ne découvre la véritable origine de la barrière. Souviens-toi, les Koryuistes de l'île Tokai se trouvaient du côté de la Guilde des Mages. Il n'était pas impossible qu'un d'entre eux ne tente de détruire la barrière. Nous préférions éviter cela.

Miku laissa quelques instants Alys seule dans la pièce, face à elle-même. Elle avait conscience de l'épreuve mentale qu'elle venait de passer, et voulait surtout lui faire part de son plan pour le futur. Le fait de lui raconter la vérité sur la passé de sa famille ne visait qu'à la mettre en confiance. Deux ou trois minutes plus tard, la guerrière aux couettes réapparut dans la pièce, et se plaça à quelques centimètres à peine du visage de la villageoise.

- J'ai quelque chose à te demander, Alys. Et cela concerne le Koryu.

- Allez-y, rétorqua la jeune femme.

- Penses-tu pouvoir également mettre au point une technique faisant office de bouclier contre les armes de notre ennemi. C'est l'objet de notre entretien ici...

- Je ne sais pas. Il faudrait que je m'entraîne. Et je ne suis pas certaine de pouvoir faire cela seul. J'aurai peut-être besoin de l'aide de mon frère.

- Mais, ça serait possible ? sourit Miku.

- En théorie, oui. Mon père a fait quelque chose de semblable, visiblement...

Miku fit alors une confidence à son interlocutrice. Ces armes d'un genre nouveau, inconnues, lui faisaient terriblement peur. Elle voulait analyser n'importe quelle solution à sa disposition afin de contrer ces instruments. Et Alys venait de lui donner cet espoir.

- Bien... Un grand merci, ma chère. Nous partirons voir ton frère dès demain. Il faut que l'on mette en œuvre notre plan d'attaque, et tu en es la pierre angulaire !

Alys éprouva un instant le sentiment de suivre les mêmes traces que son père. Sans doute était-ce le destin ? Elle se rappela les dernières paroles qu'elle avait entendues de la bouche de Monsieur Vo, et espérait au fond ne pas connaître le même sort funeste.

- C'est décidé ! Demain, nous partons pour Uchi, lança Miku.

***

Fukase se tenait droit, debout sur un petit rocher, devant son armée aux allures de guérilla dispersée juste devant lui. Il appela ensuite à ses côtés ses lieutenants, les jumeaux Genshine, Leora, ainsi que Kyo, Yuu et Wil. Le temps était venu de mettre en place leur plan d'attaque. Désormais, ils pouvaient se permettre de rivaliser avec la Garde royale.

- Il faut frapper un grand coup, lança Fukase. « Les premières manœuvres consistaient à les affaiblir. Même si cela n'a pas eu tous les effets escomptés, nous avons tout de même réussi à liquider quatre chefs de village. »

Roku prit la parole, histoire de donner son analyse de la situation.

- Cette semaine, nous sommes passés avec mon frère dans quelques villages. Et on peut dire qu'ils sont un peu désorganisés.

- Voilà ! Merci, mon cher Roku. Le moment est venu de prendre possession d'un village, pour y établir notre base, renchérit le chef à la tenue immaculée. « Quel est pour vous la meilleure option ? »

Le groupe parcourut donc la carte du pays de Kuni que les Genshine avaient à leur disposition. Les villages d'Aza et de Hayashi étaient les plus proches de leur position, à l'ouest de l'île. De plus, ils demeuraient relativement difficiles d'accès en raison de la forêt dense qui les entouraient. Furisato, quant à lui, n'offrait que peu d'avantages. Il était situé trop à découvert. De plus, comme il s'agissait du dernier village à avoir été attaqué, un nombre assez important de militaires demeuraient à cet endroit. Cette hypothèse fut donc rapidement écartée, une fois de plus sur les conseils du cadet des Genshine, qui s'était érigé en stratège du groupe.

Leora interrompit soudainement tout le monde, dans son style caractéristique, assez brut de décoffrage:

- Vous ne voyez pas l'évidence. C'est le village d'Uchi que nous devons attaquer. Il est situé en bordure de forêt, et est en plus positionné non loin de la capitale. Pour la suite des opérations, c'est la meilleure stratégie à adopter !

Kyuu Genshine avait vu clair dans le jeu de la mercenaire. Il savait qu'Alys, son ennemie, était originaire de ce hameau, et se doutait bien qu'une certaine dose de vengeance s'était glissée dans l'envie de sa collègue. Il s'approcha donc de la guerrière et lui murmura:

- Je sais ce que tu cherches à faire ! Tu veux te venger d'elle, avoue-le !

Fukase fut interloqué par la remarque de l'aîné et demanda immédiatement des explications:

- Que cherches-tu, Leora ?

- Rien, je me dis juste que le village est bien placé ! Et puis, si ça peut aussi permettre de faire réagir cette petite peste d’Alys, ce n’est pas plus mal...

Le patron du groupe s'éclipsa quelques instants à l'écart. C'était à lui de prendre la décision.

- D'accord, nous allons prendre le village d'Uchi !

Kyuu pesta, et fit part de son dégoût à son jumeau. Une fois de plus, Leora avait fait valoir ses intérêts. Ce comportement l'agaçait de plus en plus. Et puis, il avait un mauvais présentement, il sentait que cette manœuvre pouvait mal se terminer. Il fit quelques pas de côté en compagnie de son frère, pour pouvoir discuter durant une poignée de secondes avec lui, alors que les autres établissaient déjà la stratégie de l'attaque.

- Roku, nous devons faire attention. La tournure des événements ne me plaît pas. Cette Leora n'en fait encore qu'à sa tête, et elle a trop d'influence sur Fukase. Qu'en penses-tu ?

- Pour l'instant, nous ne pouvons rien faire. Je ne suis pas certain que c'était la meilleure stratégie à adopter, mais elle comporte des avantages, c’est sûr. Je n'ai pas vraiment confiance en Leora non plus mais nous ne pouvons pas abandonner Fukase, tu le sais bien...

- Oui...

Dépité, Kyuu retourna dans le groupe, en compagnie de son frère. Il ne prêtait que peu d'attention à la conversation, et ne détacha pas son regard de Roku. Intrinsèquement, il se jura une nouvelle fois de tout faire pour protéger son frère, peu importe ce qui allait se passer.

La formation guerrière de Fukase avait monté un bivouac en plein milieu de la forêt pour y passer la nuit. Le chef avait également chargé les jumeaux de lui trouver des montures avant d’effectuer le trajet. Dès le lendemain, l'armée se mettait en marche vers le village d'Uchi, avec à sa tête, Fukase, accompagné des jumeaux et de Leora, chevauchants à travers les petits sentiers forestiers. Derrière suivaient à pied les trois chefs de rang, Kyo, Yuu et Wil, en compagnie de la troupe dont ils étaient responsables.

Quelques heures plus tard, l'armée de Fukase se tenait sur l’une des collines qui surmontaient le village d'Uchi, et observait les remparts du village au loin.

Les gardes du village virent apparaître la horde de soldats au loin :

- Qu'est-ce que c'est que ça ? Une armée ! brama un garde. « Donne l'alerte immédiatement, et envoie un corbeau à la Garde royale » oblitéra-t-il à l'adresse d'un collègue. « Je pense que nous sommes attaqués ! »

La première bataille de l'offensive de Fukase était sur le point de débuter.

Publié dans Sekai

Commenter cet article

Hakuro-Kaoru 05/02/2017 16:31

Bon chapitre, comme d'habitude ^^
J'ai juste vu quelques fautes cette fois, bon ça reste minime mais autant te signaler celles que j'ai retenues:
- "Kyo, Yuu et Wil se tenait devant leur compagnie respective"
- "provoquait de ce fait des inquiétudes dans le chef de Miku et des chefs de village"
- " la soudaine réparation d’Owari "
- "autre exercice physique était proscris"
Voilà. Sinon je trouve ça super intéressant l'armée que crée Fukase, tant d'hommes, tant d'armes dangereuses pour ce monde,... (j'ai bien aimé aussi que Kyuu ait l'impression d'être "remplacés" par Kyo, Yuu et Will, c'est cohérent). Leora qui fait tout pour blesser Alys... Et puis la révélation sur la mort du père d'ALYS (je pensais que sa mort n'était pas nette, du style l'armée s'est débarrassé de lui, mais au final il a l'air d'être mort de son plein gré, au moins Alys est rassurée), et l'idée qu'ils recréent un bouclier peut-être avec Syla pour se défendre... Tout ça est intéressant, on veut en savoir plus et savoir comment ça va se passer. Je me demande aussi ce que cache Luka, vu qu'apparemment elle ne dit pas tout.
Bref, c'est un bon chapitre calme entre deux moments d'action ;)

Jyôka Ryu 05/02/2017 16:55

Merci pour ton avis^^
J'ai corrigé les fautes d'orthographe (et j'ai envie de me taper la tête contre le mur... Ce n'est pourtant pas faute de relire plusieurs fois, mais quand on a la tête dedans, il peut arriver de laisser passer certaines choses sans faire exprès).